Tandis que les tendances de demain n’en finissent plus de défiler sur les podiums de la fashion week, les techniques de fabrication des vêtements, elles, font du sur place. Entre conception artisanale et production à la chaine dans les usines, les marques ne semblent pas se mobiliser pour d’autres alternatives. C’est sans compter sur Napapijri qui présente en off de la nouvelle Design Week de Milan le futur de la mode. Spécialisé à l’origine dans le sportswear grand froid, la marque italienne a progressivement ouvert son vestiaire a un plus large public, moins avide de randonnées dans la neige mais sensible au design technique et soigné, signature du label. Sous forme de collection capsule expérimentale, le nouveau projet dévoile 19 pièces casual et monochromes dont l’innovation réside dans la conception numérique. Rien à voir avec l’impression 3D, il s’agit ici d’une technique de tricot futuriste contrôlée par un logiciel. Réalisé sur une seule machine, le vêtement est tricoté à partir d’un seul fil, permettant ainsi d’éviter les déchets de matières premières. En d’autres termes, fini le gâchis et les chutes de tissus. Au delà d’une production responsable, cette nouvelle collection intitulée Ze-Knit entraine du même coup une consommation plus réfléchie qui se ressentira sur l’empreinte carbone. Visible à Milan jusqu’au 22 avril, les pièces seront ensuite produites à la demande, personnalisables et livrées en 24h à partir de septembre 2018. // During Milan Design Week, Napapijri announced Ze-Knit, its cutting edge line of digitally knitted urban future wear. This experimental collection displays nineteen monochrome software-knitted items, limiting both fabric waste and the number of seams necessary to construct the garment. The collection will be available starting september 2018.

 

 

L’Exception, c’est ce fameux select store parisien qui vous a réconcilié avec le quartier des Halles. Il y a deux ans, l’e-shop consacré à la création française quittait le strictement numérique pour investir la canopée et proposer une sélection pointue de designers de mode. Pour son anniversaire, la boutique invite neuf créateurs de l’hexagone au sein de son pop-up store exclusif : parmi eux on retrouve le côté rétro de Jour/Né, les pièces lyriques de Proêmes de Paris, la touche sportswear d’Andrea Crews ou encore le néo-arty de Victoria/Tomas. Autre événement de cette année bien chargée pour l’enseigne, la création d’un prix éponyme aux BORN Awards récompensant les créations made in France. Son gagnant sera visible non seulement lors de la Milan Design Week du 17 au 22 avril prochain mais aussi dans la boutique, parmi d’autres designers triés sur le volet. // Two years ago, the online select store L’Exception, specialized in French creation expanded and opened its first flagship in the Halles neighborhood in Paris. For its two-year anniversary, the website is seeing it in big as 2018 is filled with novelties. From April 4th till April 30th, nine designers such as Jour/Né, Proêmes de Paris, Andrea Crews and Victoria/Tomas will be featured in the pop-up store. L’Exception is also launching its own prize during the BORN Awards, offering the winner a chance to be displayed during Milan Design Week from April 17th till April 22nd in the flagship amongst other designers selected by L’Exception.  

UNIQLO U – WINTER IS COMING

By Noémie on 10/06/17 | Paris | ,

 

 

©Chloé Gassian

Pour voyager l’esprit léger, mieux vaut que sa valise le soit aussi. I Heart et Uniqlo se sont associés pour présenter la valise d’essentiels, tirés de la collection Uniqlo U. Créée sous la direction artistique du designer Christophe Lemaire, cette ligne offre des basiques réinventés pour affronter la fraîcheur de l’automne. Difficile de quitter le lit le matin ? Partez avec votre couette grâce à la doudoune réversible réalisée dans les mêmes matériaux. Marre des pulls qui grattent ? La technologie 3D U-Knit permet de dire adieu aux coutures et de profiter d’une fin d’année plus douce. Pour s’y préparer, la marque propose une grande sélection d’articles à des prix toujours abordables disponible en magasins et sur la boutique en ligne. // In our last issue, I Heart and Uniqlo U teamed up to present you Christophe Lemaire’s new collection, which is the perfect match between comfort and estheticism — basically what we’re all looking for when leaves start falling off trees. The idea is pretty simple: start off with a timeless design and completely rethink the way you usually create it. When it’s hard to get out of bed, why not make a coat out of a blanket? And what about those itchy jumpers? The 3D U-Knit technology helps avoiding those stitches. Thankfully, winter is coming with the promise of being sweeter than ever.

 

 

Wataru Tominaga

Règle de mode universelle : les rayures verticales agrandissent la silhouette, tandis que les rayures horizontales l’élargissent. Mais selon toute vraisemblance, Wataru Tominaga s’en fiche. Repéré pour sa collection de fin d’études aux allures folles et bariolées dans le numéro I HEART Londres, le jeune créateur de mode japonais, diplômé de Central Saint Martins, vient de voir son travail récompensé ce week end au Festival International de Mode et de Photo de Hyères. Gagnant du Grand Prix Mode Première Vision, Wataru a reçu une bourse de 15000 euros pour développer sa fabuleuse maitrise de l’oversize multicolore. Celui qui a appris la technique à Tokyo et travaillé les motifs à Helsinki a su surprendre le jury présidé par Julien Dossena en superposant couleurs et matières, quitte à dépasser les bords. « Les corps ne me suffisent pas à dire ce que je veux. Je continuerai à faire des collections mais je compte aussi m’essayer à d’autres formes d’art » nous annonçait cet hiver le designer au style proche de la pratique picturale du all-over. S’il semble vouloir s’aventurer sur d’autres terrains de jeu, il peut déjà se féliciter d’avoir remporté ce week end son sport de prédilection. // Last week end, Wataru Tominaga, a menswear designer we had met for our I HEART London issue, has won the Premiere Vision Grand Prize at the Hyeres International Festival of Fashion and Photography. This former student of Central Saint Martins impressed judges with his oversized and colorful silhouettes, designed with a pictural approach. Let’s hope that his prize, valued at 15000 euros will allow him to make his fashion dream come true!

 

 

Une collaboration placée sous le signe de l’évasion, forcément ça titille notre côté globe-trotter. À partir de clichés en noir et blanc d’Yves Suter, pris durant un hiver au Japon, la jeune marque Solstice, originaire de Lausanne, créée une série de deux t-shirts en coton 100% organique, limités à 50 exemplaires chacun. Editeur de livres d’art et artiste multitask, le photographe a tout pour nous séduire. Le genre à ne pas tenir en place, toujours sur la route entre Moscou, Zurich ou Tokyo. Pour sa première association avec une marque de mode, ce suisse d’origine dépeint d’abord un décor serein, dans le nord du Japon, par une nuit enneigée sur l’île d’Hokkaido. «Cette photo a été prise après un dîner. Dans un minuscule village où nous logions pour une semaine, sans internet ni télé. C’était merveilleux de s’y balader durant la nuit avec seulement le bruit des flocons autour de nous » décrit Yves Suter sur Solstice pour Geometric snowflake during an Hokkaido night. Mais si vous êtes d’un naturel plus aventurier, vous pouvez toujours pencher pour la seconde version Trees Under powder snow in Kiroro qui nous conte une escapade solitaire en montagne dans l’ouest d’Hokkaido, à travers un paysage lunaire. Abandonnez vos basiques pour ces t-shirts renfermant chacun une histoire, déjà disponibles sur www.thesolstice.cc et L’exception// A collaboration inspired by travel, black and white photography of Japan in winter, and printed on pure organic t-shirts cotton is a real I HEART project. Young brand Solstice joined forces with Yves Suter, an artist and art book editor on two t-shirts, telling us two stories : Geometric snowflake during an Hokkaido night and Trees under powder snow in Kiroro are now available on www.thesolstice.cc and L’exception. KB

keep looking »