Women House : Welcome home

By Noémie on 10/19/17 | Paris | ,

 

 

Laurie Simmons, Walking House, 1989

La Monnaie de Paris, en collaboration avec le National Museum of Women in the Arts de Washington D.C. lance le coup d’envoi demain de « Women House », initiative donnant le pouvoir aux femmes et qui tombe à point nommé. L’exposition, ouverte jusqu’au 28 janvier met en lumière 39 artistes femmes du XXe et XXIe siècle, dont les créations associent le genre féminin à l’espace domestique. Entre prison et abri, aliénation et réinvention de soi, la maison apparaît successivement comme un espace reléguant les femmes aux tâches ménagères et comme lieu de création poétique, à l’image de Virginia Woolf dans Une chambre à soi, point de départ de l’exposition. C’est sous une multitude d’angles que sont traitées les questions liées à la place de la femme dans une histoire qui, pendant trop longtemps, l’a exclue. Entre féminisme, nostalgie et poésie, les différentes artistes internationales à l’instar de Louise Bourgeois, Niki de Saint Phalle ou Shen Yuan s’interrogent sur la construction de l’identité féminine et la conquête d’un espace de reconnaissance. Après son passage à Paris, l’exposition jouera les prolongations à Washington D.C. du 9 mars au 28 mai. // With the intent of giving power to women, the Monnaie de Paris, in collaboration with the National Museum of Women in the Arts in Washington D.C. is getting ready to launch ‘Women House’, an exhibition that features the work of 39 female artists. From Oct. 20th till January 28th, their work will be exhibited in light of the relation between women and domestic space, alternatively seen as a prison and a place where you can reinvent yourself. Starting off with Virginia Woolf’s essay A Room of One’s Own, the manifestation will showcase pieces that put women at the center of History and give them recognition. ‘Women House’ will then move to Washington D.C. after 3 months in Paris, from March 9th till May 28th.

 

 

Un cadeau envoyé depuis la Belgique arrive cette semaine à la Galerie du Jour – Agnès B. Pour fêter les 10 ans de Born Bad Records, le label nous offre sur un plateau de frites les travaux du célèbre graphiste et illustrateur Elzo Durt. Rencontré pour notre numéro I HEART Bruxelles, l’artiste au style divinement criard et agressif présentera du 28 avril au 10 juin Colors & Glory, son exposition personnelle. Celui qui commença par des collages de photos parce qu’il s’estimait mauvais en dessin a grandement participé à réveiller le Poster Art en lui injectant une bonne dose d’humour belge et d’ironie mystique. Baignant dans le milieu de la musique punk et techno, il réalise d’abord les flyers des soirées underground de la capitale belge, avant d’ouvrir une galerie (qui a fermé depuis) et de lancer en 2011 avec un ami le label Teenage Menopause Records. La réalisation de pochettes de disques, notamment pour Born Bad, est donc le prolongement logique d’un parcours brillamment instinctif. L’expo, qui révélera ses travaux les plus iconiques des 15 dernières années ainsi que des oeuvres inédites, s’accompagnera de l’édition de la monographie Complete Works et de t-shirts disponibles en série limitée. RDV ce soir à partir de 18h pour le vernissage !

 

 

IJC_MOVIE17

Découvrir l’art nippon sans mettre un pied au Japon, c’est maintenant possible grâce à l’IJC Museum, une galerie virtuelle accessible depuis son ordinateur. Une bonne idée développée avant tout pour abattre les frontières entre la scène culturelle locale et les touristes du web, férus d’art contemporain. Accessibles via l’excellent site Is Japan Cool?, lui même initié par la compagnie aérienne ANA, les oeuvres sont nombreuses et peuvent être vues en 360°, de très près comme de plus loin. Une liberté qui permet d’accéder aux détails, sans avoir à jouer des coudes au milieu d’une foule compacte. Mais l’Internet ne saurait retransmettre en images l’atmosphère lénifiante du Teien Museum ou l’étrangeté du très caché Okuno Building Gallery, découverts lors du numéro I HEART Tokyo. Pour les plus motivés, le meilleur ticket d’entrée au musée restera le billet d’avion! //Seeing art pieces from Tokyo without leaving your couch is now possible with IJC Museum. This virtual gallery has many paintings, sculptures and installations exhibited and they are visible in a 360° angle. A very easy way to make Japanese art more accessible and satisfy anyone’s curiosity on the art that they can find in the country.

 

 

Daido Moriyama Tokyo Color, 2008-2015 Tirage chromogène, 111,5 x 149 cm Courtesy of the artist / Daido Moriyama Photo Foundation

Après avoir organisé en 2003 sa première grande exposition en France, la Fondation Cartier pour l’art contemporain met de nouveau la lumière sur l’oeuvre du photographe Daido Moriyama, chasseur d’images urbaines depuis les années 60. Rencontré à l’occasion du numéro I HEART Tokyo, l’icône septuagénaire de l’instantané poursuit son travail documentaire dans les quartiers rouges de la capitale, exprimant encore et toujours sa fascination pour les rues éclairées aux néons et ses passants anonymes. Pour la Fondation Cartier, il présente son exploration de la photo couleur, partie méconnue mais pourtant essentielle de son oeuvre, conjointement à son célèbre travail en noir et blanc. Celui qui a délaissé l’appareil argentique au profit du numérique depuis près de trois ans démontre qu’il n’a rien perdu de sa spontanéité provocatrice, visible jusqu’au 5 juin prochain. // Twelve years after his first exhibition at the Fondation Cartier pour l’art contemporain in 2003, Daido Moriyama is back in Paris. The cult japanese photographer, met for I HEART Tokyo, keeps expressing his fascination for urban Tokyo lines and anonymous passersby. Featuring a large selection of color photographs, this new exhibition will shed light on this lesser-known yet ubiquitous aspect of his photographic practice, along with his famous black and white pictures. 

Notre entretien avec Daido Moriyama est à retrouver dans le numéro I HEART Tokyo, actuellement en kiosques et en vente sur l’eshop