©Lionel Macor

Soutenir la photographie d’auteur et venir en aide aux galeries d’art, c’est le double défi que se sont lancés le collectionneur Thibaud Kelfa et le photographe Lionel Macor avec Mayday Mayday Mayday, leur concept de “gallery-store” à découvrir à partir du 5 décembre prochain.

Fusion d’un concept store, d’un pop up store et d’une galerie, l’hybride Mayday veut sortir du cadre de l’institutionnel white cube pour réinventer l’expérience de l’expo. “Nous voulions redonner une certaine fraîcheur au format papier photo en amenant une particularité bien à nous” explique Lionel Macor. L’originalité du projet? Appuyer les clichés par une sélection de prêt-à-porter afin de donner vie à un récit immersif : “c’est pour nous le moyen d’ouvrir le champs des possibles en utilisant les codes qui parlent à tous. Et le vêtement, la mode peuvent en faire partie au même titre que la musique ou le fooding”.

©Lionel Macor

Cette initiative au nom triplement alarmant démarre d’un simple constat : la crise du milieu de la photo, lié à “l’avènement du tout-numérique et du tout-le-monde-photographe” selon Lionel. Mais ce sinistre contexte ne suffit pas à décourager le photographe, qui remarque à juste titre que cet art “n’a jamais autant intéressé, fait vendre et capté les codes de la société” qu’aujourd’hui.

Pour l’inauguration du concept store, ce seront les photos du co-fondateur Lionel Macor qui seront exposées. Intitulée Bourbier, la série s’immisce dans le quotidien des jeunes filles de banlieue. Parallèlement, les visiteurs/clients découvriront des collections de marques streetwear (Paris Nord, Homecore, Apadana…) ainsi que des pièces emblématiques des nineties, telles que le polo Ellesse ou le bob Fila. Appuyer l’expo par la conso serait-il la solution miracle? Réponse le 5 décembre prochain.

Mayday Mayday Mayday
du 5 décembre au 4 janvier 2015
56 rue Notre Dame de Nazareth


  • Out Now

  • Ad

  • Newsletter

  • Twitter

  • Facebook

  • Ad