Après la #bouillante Peacock Society de juillet dernier, la team WE LOVE revient ce samedi 13 décembre pour une loft party totalement inédite. Au programme : un line up 100% britannique avec le lord iconique Matthew Herbert et le kid prodige Ben UFO. Se propageant sur les deux niveaux d’une ancienne fabrique réaménagée en loft exentrique, l’écho techno sublimera la scénographie complètement psyché des artistes Carnovsky, Collectif Coin et Pixel Carré. Eclairés par des installations numériques hypnotiques, les deux DJ berceront nerveusement un public littéralement allumé. Pour plonger dans ce flambloyant paradis, rendez vous aux portes de Paris!

379, avenue du Président Wilson, St Denis
Billetterie ici

 

 

Un éclairage feutré, des rideaux en velours épais, un bouquet de roses fraichement coupées… Un peu plus et l’hôtel Bourg Tibourg pourrait être un décor de cinéma. L’écrin du Marais s’en approche encore grâce à Guillaume Sorge, co-fondateur du label Dirty, qui lui dédie sa propre bande son. Disponible à quelques 1000 exemplaires chez Colette à partir du 9 décembre prochain, ce superbe coffret vinyle conçu par Maxemilian Studio tournera également dans les gramophones de l’hôtel. La playlist, intitulée Nice girls don’t stay for breakast, marie pop, electro, jazz des année 50 et la fameuse chanson de Julie London pour s’associer à l’intemporalité du lieu. Une sélection de livres, de films et de photographies (dont celle de l’artiste portugais André Principe, contributeur de notre numéro I HEART Lisbonne) peaufine le paysage artistico-chic de l’hôtel. À découvrir, le temps d’une chanson, d’un verre, d’une nuit…

Image de prévisualisation YouTube

 

 

©Lionel Macor

Soutenir la photographie d’auteur et venir en aide aux galeries d’art, c’est le double défi que se sont lancés le collectionneur Thibaud Kelfa et le photographe Lionel Macor avec Mayday Mayday Mayday, leur concept de « gallery-store » à découvrir à partir du 5 décembre prochain.

Fusion d’un concept store, d’un pop up store et d’une galerie, l’hybride Mayday veut sortir du cadre de l’institutionnel white cube pour réinventer l’expérience de l’expo. « Nous voulions redonner une certaine fraîcheur au format papier photo en amenant une particularité bien à nous » explique Lionel Macor. L’originalité du projet? Appuyer les clichés par une sélection de prêt-à-porter afin de donner vie à un récit immersif : « c’est pour nous le moyen d’ouvrir le champs des possibles en utilisant les codes qui parlent à tous. Et le vêtement, la mode peuvent en faire partie au même titre que la musique ou le fooding ».

Read more

 

 

Maintenant que les lettres au père noël sont devenues « mon panier » et que notre cher Santa Claus s’est fait remplacer par le coursier Chronopost, nous n’avons plus de doutes, l’e-shop est la nouvelle Laponie. Alors, quand Urban Outfitters a proposé à la rédaction de faire sa wish list, nous avons eu une réaction similaire à celle-ci. Mais comme la team I HEART est à l’autre bout du monde, en train de vous concocter son prochain numéro, je me suis chargée de trouver pour chacun d’entre eux LE cadeau.

Pour Eléonore, la rédactrice en chef : un terrarium
Parce qu’elle a exactement 18 cactus chez elle, que son préféré s’appelle Michel et qu’elle y tient encore plus que son intégrale de la discographie de Prince.

Read more

 

 

©Still in Rock

Le festival des InRocks réunit chaque année la crème de la musique indépendante, si tant est que cette étiquette veuille dire encore quelque chose. Voici le live report d’un événement qu’on ne pouvait manquer.

Le vendredi, on retiendra surtout la performance de Parquet Courts qui a fait résonner un punk souvent expérimental. Mené par un son de batterie très puissant, on y a tout aussi bien retrouvé les influences de Television que celles de Pavement et autre Wire. Force est de constater que Parquet Courts a parfaitement su jongler entre un indie rock nineties et le son forcené de l’année ’77. Un must-see.

Read more


  • Newsletter

  • Out Now

  • Ad

  • We Heart You

  • Follow Us

  • Ad